livre roman gothique fiction absurde mystère steampunk : livre dessiner steampunk

livre roman gothique fiction absurde mystère steampunk

  • livre dessiner steampunk
  • livre dystopie steampunk

Le steampunk est un sous-genre de la science-fiction et pourquoi pas de la fantasy qui s’est gros d’or cours des années 1990. Le steampunk implique un cadre actantiel où la vapeur est encore largement utilisée, généralement pendant l’ère victorienne en Grande-Bretagne- et qui incorpore des éléments de science-fiction. Le steampunk est caractérisé dans des innovations futuristes qui auraient pu être imaginées dans des contemporains de l’époque victorienne tel qu’on les trouve dans œuvres de HG Wells et Jules Verne.

Le mot ressemble à une incantation de conte de fée et pourquoi pas quelque chose tel que ça. Il existe un truc de vraie, c’est que ce mot est inventé. C’est un mot valise qui date des années 1980, date à laquelle des gens malins se sont dit que ce serait bien d’apporter un nom à un mouvement qui commençait à ressembler à un genre littéraire à entière. Du coup, ils ont trouvé steampunk, littéralement « punk à vapeur ». Ce n’est pas super éclairant ? Et dans l’hypothèse ou je vous dis qu’en français parle de rétrofuturisme, est-ce que ça vous aide ?

 

Les livres dans la thématique steampunk ne sont pas forcément évidents à trouver. On est rarement vaguement entendu exprimer d’un titre, un s’en rappelle à peine et impossible d’avoir son titre complet. Si votre recherche de livre est préférablement basée sur un sujet précis, un des nombreux sous-genres de l’imaginaire, en l’occurence le thème steampunk, il est la recto idéale pour démarrer. La liste ci-dessous vous présente entiers livres de steampunk classés du plus récent au plus vieux ainsi qu’une sélection des meilleurs livres de complets temps du thème steampunk. Sinon allez voir d’autres catégorie de livres a l’intérieur du secteur de l’imaginaire. Vous y trouverez peut-être votre bonheur.

L’héritage des grands noms
Mais le steampunk n’est pas venu en or monde en un seul jour. Dans l’histoire de la littérature occidentale, il existe avant eu des oeuvres au dégaine rétrofuturiste, et ce bien les années 1980. Les plus célèbres sont évidemment le Vingt-mille lieues sous mers de Jules Verne mais aussi La Machine à bourlinguer a l’intérieur du temps de l’auteur H.G. Wells. Les de deux ans romanciers inventent dans leurs histoires des éléments irréalistes pour leur temps, tout en décrivant par autre part une époque classique. La collision entre ces deux extérieurement donne archéologie fascinants et leur donne une richesse unique.
Pour en revenir au steampunk, le terme a gagné or fil du temps de plus en plus d’importance, jusqu’à devenir un genre à part entière, qui gagne de plus en plus d’adeptes. Comme dans complets catégorie commençant à prendre de l’importance, plusieurs lecteurs auraient tendance à estampiller « steampunk » des livres écrits avant l’invention du terme et ayant le même type d’univers. Il est ainsi possible d’entendre bafouiller de proto-steampunk pour des ouvrages remontant des années 1960 − 1970, alors que le terme rétro-futurisme serait peut-être plus adapté puisqu’il s’inscrit dans un champ plus large et est apparu au cours des années 60. Le proto-steampunk a d’ailleurs ses limites puisque le genre steampunk est autrefois une imitation de l’anticipation du XIXe siècle, avec ses méthode inspirées entre autres chez Jules Verne, H. G. Wells ou bien Albert Robida.

La littérature de l’imaginaire

 

Nous pouvons définir la littérature de l’imaginaire comme une littérature regroupant beaucoup de genres différents, ayant comme point commun de situer récits dans un univers différent de notre réalité. Les plus connus sont le fantastique, la science-fiction et la fantasy (appelée peu de fois « littérature fantaisie » ainsi qu’à « littérature du merveilleux ») :

  • Le fantastique situe l’influence dans univers réaliste, par contre ce dernier voltampère peu à brin se fonder transmettre par le surnaturel, les personnages mettant couramment en doute leur santé mentale puisque l’activité se passe dans un univers réaliste (Le Horla de Maupassant (1886 − 1887), paléographie de H. P. Lovecraft à l’interieur des années 1920).
  • Au contraire de la fantasy qui se passe directement dans un monde où le merveilleux est à la fois là et parfaitement admis (Le Seigneur des Anneaux de J. R. R. Tolkien, édité en 1954 − 1955).
  • Quant à la science-fiction, il s’agit généralement de récits ayant lieu dans le futur ou alors sur quelques astres de notre système solaire, mais également sur des mondes parallèles. La technologie y prenant une place en particuliers importante (Les documents martiennes de Ray Bradbury (1950), cytologie d’Isaac Asimov, publiés de 1950 à 1986).

Bien entendu vous pouvez aussi dévorer Sherlocks Holmes. Il n’y est pas que la série télé de la bbc. Lire Conan Doyle vous donnera les différents modèles de petits renseignements sur l’ère victorienne et vous immergera dans l’époque. À noter des personnages absolument authentiques et hauts en couleurs mais aussi les enquêtes pas toutes connues et très prenantes.

Un style de littérature tout
Inspiré dans la révolution industrielle, le style se déroule dans une réalité alternative où les avancées technologiques sont qui s’appuient sur l’unique invention de la machine à vapeur, devenue le symbole du progrès vers le futur.
Les récits se déroulent pas mal couramment en Angleterre au XIXe siècle, bien que Jules Verne l’évoque également dans son œuvre, et jettent un regard moderne (et décalé) sur l’époque victorienne. Des œuvres à mi-chemin entre fantastique, fiction et anticipation se définir comme rétro-futuristes.
Une littérature de l’imaginaire aux contradiction temporels ponctuée d’intrigues anachroniques et de progrès technologiques prématurés. Les plus célèbres récits du genre sont sans nuls doute Machines infernales (Jeter, 1987), Les Voies d’Anubis (Powers, 1983) ainsi qu’à Homunculus (Blaylock, 1986).
Depuis 1980, le steampunk a largement dépassé le cadre du genre littéraire influençant aussi le 7ème art de ces 20 dernières années avec des succès en chambre plus et pourquoi pas moins mitigés : Adèle Blanc Sec, Wild Wild West, Avril et mondes truqués, entre autres, s’en sont largement inspirés.

-The Mortal Instruments / Les origines de Cassandra Clare
Ce annales reprend des cryptogramme steampunk et inscrit son intrigue dans l’entreprise victorienne londonienne.

Tessa débarque à Londres pour s’affilier son frère. Mais à peine arrivée, elle tombe dans un piège : enlevée en les horribles Soeurs Noires, elle développe des pouvoirs qu’elle ignorait posséder. Jusqu’au le jour ou Will, un Chasseur d’Ombres, la libère et lui apprend qu’elle est une Créature Obscure. Un nouveau destin attend Tessa dans un monde mystérieux, ou bien vampires, sorciers et autres créatures de l’ombre règnent en maîtres…

– L’instinct de l’équarrisseur / Thomas Day
Sherlock Holmes existe bel et voilà ! Simplement il se trouve avec le professeur Watson sur une Terre parallèle ayant jadis reçu la visite des Worsh, des extraterrestres désormais parfaitement intégrés à la communauté humaine, qui bénéficie de leur technologie avancée ; et notre Conan Doyle, capable de se rembourser sur ces autre Terre grâce à l’aide d’une invention de Watson, se contente dans monde de raconter les vraies aventures du célèbre détective – super édulcorées, cela va dépourvu dire. Car Holmes, l'” Assassin de la Reine “, n’a peu à refuser aux monstres qu’il pourchasse… Le fabuleux trio, en or fil de ses aventures, va devoir affronter pas moins de deux Jack l’Éventreur, et combattre l’infâme professeur Moriarty, ennemi juré de Sherlock Holmes, qui va tout élever pour découvrir la clé de l’immortalité – un secret qui se dissimulerait dans un bien mystérieux Instinct de l’équarrisseur…

Le cycle d’Oswald Bastable de Michael Moorcock (1971)
Oswald Bastable est un petit capitaine britannique propulsé à travers le temps à l’aide d’une étrange machine de son invention. Sept décennies plus tard, il débarque en 1973, dans un monde qui ne peut pas être tout à fait le notre… Les de de deux ans ans guerres mondiales n’ont pas eu lieu, Empires coloniaux sont encore à sa place fiers dirigeables aux allures futuristes traversent le ciel. Mais il va vite découvrir que tout n’est pas parfait. Le exil est à l’honneur avec ce rbreistologie précurseur. Un cycle à redécouvrir de tâche ! L’un des plus puissants de Moorcock en tout cas.

Homunculus de James Blaylock (1986)
James Blaylock est un auteur rare en France et la dernière édition dans langue d’Homunculus date de 1996. C’est pourtant parmi les chronologie fondateur quant au Steampunk. Publié en 1986, il raconte une enquête à la fin du XIXe siècle pour retrouver l’homuncule, une étrange créature qui ne dépasse pas de vingt ans pouce et qui auraient des connaissances fantastique, capable d’abolir les frontières de la vie, de la mort et du temps. Un commentaires envoûtant et percutant. Indispensable

Levius, un manga qui se démarque sur le fond et sur la forme
Levius est une ouvrage originale à plusieurs points de vue. Sur le fond, tout d’abord, c’est l’un des rares mangas qui se déroule dans un univers steampunk. L’histoire prend place dans un XIXe siècle alternatif, dans un monde bien différent du notre, mais qui s’inspire fortement de l’époque victorienne. Le côté steam est en particuliers prononcé dans la boxe mécanique. En effet, il s’agit d’un amusement où combattants ont des membres mécaniques et utilisent la vapeur pour déclencher des combat d’une puissance dévastatrice.
Jusqu’à pas mal récemment, c’était difficile de se procurer des oeuvres de steampunk en français. Mais depuis quelques temps, maisons d’édition font l’effort de se diversifier mettre en valeur un patrimoine littéraire dans lequel plusieurs tectrice françaises ont brillé. Vous pouvez par contre vous diriger les yeux fermés (enfin non, étant donné que pour relire ce n’est pas pratique !) vers le catalogue des éditions Bragelonne qui se composent beaucoup de titres intéressants comme Le Club Vesuvius de Mark Gatiss ou bien Une Etude en d’Emma Jane Holloway (qui met en scène aventures de la nièce de Sherlock Holmes)

Futurs antérieurs Daniel Riche (1999)
Genre prisé des inventif français, le Steampunk n’avait toujours pas son anthologie hexagonale. Dans la veine des grandes anthos du Fleuve Noir de la fin des années 90, après Escale sur l’Horizon et pourquoi pas Fantasy, Futurs Antérieurs rassemblait un super beau panel d’auteurs nationaux et se voulait une sorte de manifeste français du genre, voir un fait de naissance. Un objectif plus ainsi qu’à moins raté, Futurs Antérieurs restant encore aujourd’hui comme l’une des seules anthologies steampunk en France. Dommage car la qualité était tout de même or rendez-vous du sommaire. On retiendra notamment le western fantastico-rigolo de Roland C.Wagner (Celui qui bave et qui glougloute, réédité chez Actusf ici), L’Assassinat de la Maison du Peuple de Sylve Denis ou bien Muchamor de Christian Vilà sur les stigmate de Raspoutine. Jean-Claude Dunyach y signait un texte plein de poésie L’Orchidée de la nuit, influencée par Conan Doyle, David Calvo, un texte complètement délirant qui voyant entrevoir sa folie et son contenance (Davy Jones’ Locker) et Laurent Genefort un hommage à Jules Verne et H. G. Wells (Le Véritable Voyage de Barbicane).

La bible steampunk
Véritable bible illustrée, ce collector retrace origines du steampunk, des pères fondateurs tel que Jules Verne ou bien H G Wells aux nombreux auteurs, façonnier et baladin qui ont illustré les canons du genre, à travers la goût et le culte des accessoires futuristes. Rehaussées d’illustrations et de photographies professionnelles soignées, ces pages hautes en couleur abordent la littérature, les arts, le cinéma et toutes les références cultes propres à ce courant planétaire, d’hier, de à nous jours et de demain.

livre roman gothique fiction absurde mystère steampunk : livre dessiner steampunk
4.9 (98%) 32 votes